N ouméa n est pas devenue la capitale du pays et la plus grande ville francophone du Pacifi que en un jour... Dès 1854, James Paddon, navigateur et négociant britannique, est le premier à apprécier le site, son mouillage profond bien abrité et ses ressources en bois. Aussi fonde-t-il un comptoir sur l île Nou, alors appelée l île Dubouzet. La même année, le capitaine de vaisseau français Tardy de Montravel, eff ectuant le relevé des côtes du territoire, découvre à son tour l un des plus beaux ports du monde, enclos par l île Nou et la presqu île de Ducos et accessible par les passes de Dumbéa et de Boulari. Il y fait aussitôt construire un fort et un séma- phore qui dominent les baies. La cité naissante, d abord baptisée Port-de-France, est renommée Nouméa en 1866 pour éviter la confusion avec Fort-de-France. De 1864 à 1897, époque de la Pénitentiaire, le centre-ville se construit sur des

zones marécageuses grâce à d immenses remblais. Routes, bâtiments publics, port , les travaux des bagnards sont colossaux. Puis c est l industrie du nickel qui prend le relais comme moteur du dévelop-

pement. Des colons et des ressortissants d autres colonies viennent grossir la population de la bourgade. Entre 1904 et 1945, un train relie Nouméa à Dumbéa

et à Païta, lieux de villégiature des citadins. En 1942, les troupes américaines ins- tallent leur état-major à l Anse-Vata et procèdent à d immenses travaux : aéroport, commerces, cinémas, hôpitaux La frénésie retombe à la fi n du

confl it, jusqu au « boom du nickel », nou- velle période enfi évrée, de 1968 à 1976, qui entraîne une importante urbanisation. Aujourd hui, l embellissement des fronts de mer bordés de sentiers piétons et de pistes cyclables, la préservation et l amé- nagement de vastes espaces verts, le charme des vieux quartiers jouxtant les plus modernes, font de Nouméa un lieu de vie très agréable. Pouvoir choisir sa plage à quelques minutes du centre-ville, un privilège formidable ! Et en remontant de la partie de bronzette, de trempette, de windsurf ou de kite, le choix est encore plus vaste pour se rafraîchir dans un bar branché ou pour se restaurer. Plonger, nager, surfer, courir, marcher, voler, shooter, smasher... Ici, le sport est roi et la culture est reine : théâtre, cinéma, expositions, festivals, concerts, anima- tions en tous genres... Nouméa, cosmo- polite, dynamique, ville verte orientée vers un développement durable, nous off re à la fois les facilités et les distractions d une cité moderne et les plaisirs de s ébattre ou de se ressourcer en pleine nature. Passez-y quelque temps et, comme les gens d ici, vous vous exclamerez : « Nouméa, c est fi n valab ! »

NOUMÉA© M ar

tia l D

os da

ne

P ro

vin ce

S ud

124

INFOS UTILES Yaté 80 km Poum 430 km Koné 274 km Wé 190 km Aire coutumière : Drubea-Kapumë Langues kanak : le drubea, le numèè et le kwényï

Mairie 27 31 15 www.noumea.nc Offi ce de tourisme, n° vert 05 75 80 Point i, square Olry 28 75 80 Point i, Anse-Vata 27 73 59 Police secours 17 / 24 33 00 Police municipale 25 23 23 Gendarmerie 29 51 00 Urgences, CHT 25 67 67 SAMU 15 Pompiers 18 Objets trouvés 25 23 23

99 926 habitants 163 723 pour le Grand Nouméa, incluant Le Mont-Dore, Dumbéa et Païta