32

© L

au re

nc e

Ri bo

t

Agathis Montana, kaori endémique aux monts Panié et Colnett.

LA FLORE La Nouvelle-Calédonie était jadis ratta- chée au supercontinent Gondwana qui s est disloqué après le Jurassique. Sa géologie spécifi que avec de vastes affl eurements métallifères, son climat stable depuis longtemps, tout cela a contribué à générer une fl ore aussi riche que spectaculaire, et une faune tout autant fascinante, mais plus discrète.

Les paysages de l intérieur forment un musée vivant. En eff et, les silhouettes archaïques des araucarias de montagne, les rosaces des immenses fougères arbo- rescentes, l ambiance mystérieuse des forêts moussues, les fl eurs si belles et si bizarres « qu on dirait du plastique », les plantes carnivores aux grognements menaçants : nous sommes bien aux pre- miers matins du monde. Seule absence notable, celle des dinosaures Mais en cherchant bien, qui sait ? Les derniers d entre eux se terrent peut-être dans une vallée cachée, loin des hommes.

Les plantes se sont adaptées à des condi- tions variées, formant des milieux rares et localisés. Quelque 3 400 espèces végé- tales ont été répertoriées dont 2 530, soit 74,24 %, sont endémiques. À cela s ajoutent des centaines d espèces intro- duites. Les superlatifs manquent. Cepen- dant, dans ce troisième haut lieu planétaire de la biodiversité, 309 espèces, restreintes à une localité, sont si rares qu elles sont menacées d extinction

Encore des chiff res ? Accrochez-vous, ceux-là vous donneront le tournis : sachez

que, s il existe à peine une quinzaine d espèces de conifères endémiques

dans toute l Europe, ici, sur moins d un hectare de

la plaine des Lacs, huit sont endémiques.

© B

er na

rd S

up rin

Amyema scandens. ©

D IL

S

té ph

an e

Du ca

nd as