44

Des platiers coralliens bordent les côtes, sauf à l approche des embouchures des rivières, car les eaux douces, turbides lors des fortes précipitations, ne permettent pas le développement du corail. Ils peuvent être totalement découverts lors des grandes marées basses. C est le domaine de la pêche à pied, à la recherche des holo- thuries et des coquillages : trocas, béni- tiers, gros bigorneaux, sauteurs, cônes, araignées, savonnettes, porcelaines, olives... Les femmes kanak sont des spé- cialistes pour y débusquer les poulpes sans se faire arroser par les jets d encre de l animal harcelé, furieux lorsqu il fi nit par sortir de son trou.

Quand la marée remonte, les pêcheurs à l épervier ou à la senne guettent l arrivée des bancs de picots, de dawas, de perro- quets... On rencontre parfois dans très peu d eau, aileron au vent, de petits requins de récif à pointes noires ou blanches. Les récifs Les tombants de ces platiers, peu profonds sur la côte Ouest, plus abrupts sur la côte Est et parfois vertigineux aux Loyauté, sont les accès les plus immédiats au monde sous-marin tropical, coloré, féerique et toujours animé, grâce au populaire trio : palmes, masque, tuba (PMT).

© M

as as

hi O

ga w

a

Al izé

D ivi

ng

© T

hi er

ry B

ab ou

le nn

e

Ba bo

u Cô

té O

cé an

Murène ruban.Comatule et vers annelés.

© A

qu al

ag oo

n

© A

qu al

ag oo

n