LE PA

YS >

HIS TO

IRE HIS

TO IRE

57

CONFLITS MONDIAUX À partir de 1915, 1 200 tirailleurs volon- taires, en majorité kanak, et autant de citoyens mobilisés combattent en Europe. Près d un quart ne reverront pas leur pays à la fi n du confl it, en mai 1919. Parallèle- ment à l histoire mondiale, la révolte kanak de 1917 exprime le désespoir devant la pression intenable qu exercent la colonisa- tion, sur les plans foncier et culturel, et le mauvais voisinage d éleveurs dont le bétail dévaste les jardins nourriciers.

américaines engagées dans la bataille du Pacifi que. Le vent de modernisme (aéro- dromes, routes, bâtiments, mode de vie) apporté par des centaines de milliers de G.I. inspire encore de nos jours beaucoup de nos- talgiques sympathies pour les États-Unis.

STATUTS En 1946, sortie formelle du régime colo- nial, la Nouvelle-Calédonie devient un TOM (Territoire d outre-mer). Avec la fi n de l indigénat, les autochtones deviennent progressivement des citoyens à part entière. La Constitution garantit aux Kanak un statut de droit particulier qui leur permet d être régis par leur coutume dans certains domaines. À partir de 1956, le pays expérimente un grand nombre de statuts et de réformes dans un processus de décolonisation origi- nal. Avec comme slogan « Deux couleurs, un seul peuple » et comme ambition l auto- nomie, l Union calédonienne, parti créé par le député Maurice Lenormand en 1956, domine la politique jusqu aux années 1970.

BOOM, BOUM À cette époque, le boom minier enfl amme l économie. Le travail mécanisé demande de gros investissements en engins et en machines qui se mettent en action partout où du nickel est découvert. La récession est brutale, en 1972, trois ans à peine après l euphorie. Elle exacerbe les tensions politiques et sociales et attise l émergence d une revendication indépendantiste.

Le bataillon du Pacifi que, un des premiers ralliés à la France libre en 1941, regroupe 846 soldats, toutes ethnies confondues, sauf les Japonais d origine, expulsés sans rémission. Le Caillou devient une

énorme base arrière pour

les forces

Soldats calédoniens en France, 1915. © Archives de la Nouvelle-Calédonie. Fonds Amicale des Anciens Combattants 2 Num 7 48

Les installations minières de Thio-Mission. © Archives de la Nouvelle-Calédonie. Fonds Guiart 2 Num 6 26

Le camp des forces américaines, à la Baie-des-Citrons.

© Archives de la Nouvelle-Calédonie. Album Elmer J. Williams 1 Num 12 143