58

... ET ACCORDS Sous l égide de Michel Rocard, en 1988, les accords de Matignon, symbolisés par la poignée de main historique entre Jean- Marie Tjibaou, indépendantiste, et Jacques Lafl eur, loyaliste, mettent fi n aux troubles. Ils instituent trois provinces : la province Sud, la plus peuplée avec Nouméa ; la province Nord, qui veut prendre en main son destin industriel et touristique ; celle des Îles, qui a la particularité d être constituée uniquement de terres coutumières.

DÉSACCORDS... Au début des années 1980, les violences se multiplient entre deux camps aux vues très diff érentes. Les défenseurs de la Calédonie française sont menés par Jacques Lafl eur, qui fonde, en 1977, le Rassemblement (RPC, puis RPCR). Ce parti dominera la vie politique de longues années durant. En 1975, le festival Mélanésia 2000 a démontré un regain d intérêt des Kanak pour leur culture et leur identité. En 1979, le Front indépendantiste (FI) est créé, pré- curseur du Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS) qui boycottera les élections de 1984. Mais c est l assas- sinat de Pierre Declercq, secrétaire général de l UC, qui marque le début des troubles qui vont endeuiller le pays, dès 1981 : fusillades, assassinats, états de siège...

En 1998, l accord de Nouméa est préféré au référendum initialement prévu par les trois partenaires. Il organise des transferts de compétences de l État vers le gouver- nement calédonien ou vers les provinces. La Calédonie est désormais un POM : Pays d outre-mer. Le Sénat coutumier et le Conseil écono- mique, social et environnemental tiennent un rôle consultatif auprès du Congrès, véritable pouvoir législatif sorti des urnes. Le gouvernement, élu par le Congrès, prépare et exécute ses délibérations. Le haut-commissaire de la République représente l État et veille à la régularité des actes. Le Congrès décidera de la façon de poser la question de l accès à la pleine souveraineté ou du maintien de la Calédonie au sein de la République française. La consultation devrait avoir lieu d ici 2018.

Les accords de Matignon. Poignée de main entre Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafl eur.

Signature de l accord de Nouméa.

Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Quelques élus au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Au centre, Thierry Santa, le président du Congrès, élu en juillet 2015.

© w

w w

.c on

gr es

.n c