66

conditions souvent diffi ciles, ont apporté le progrès avec la mise en valeur minière, agricole, industrielle, commerciale... Les toits à quatre pans, festonnés de frises, avec une rupture de pente abri- tant la douce ambiance des vérandas à persiennes des maisons calédoniennes, rehaussent les sommets de collines de l Ouest ou émergent du jardin exubérant d un vieux quartier. Les Nouméens sont très attachés à la nature et rejoignent pour les congés des coins de bord de mer au long de la côte Ouest. Les portails des propriétés sont sou- vent fermés par des guirlandes de cadenas typiques. Les citadins, comme les brous- sards, possèdent souvent un bateau pour les week-ends sur les îlots et les coups de pêche. La chasse, surtout celle aux cerfs envahissants, joint l utile à l agréable. La vie de la brousse (en folie) est très populaire depuis la parution des bandes dessinées de Bernard Berger dont un oncle a inspiré les aventures cocasses de Tonton Marcel, le Caldoche, et de ses compères kanak, zoreille, viet

ORIGINES EUROPÉENNES La population d origine européenne historique, englobée sous l appellation « Caldoches » (pour Calédoniens), souvent métissée et principalement d origine fran- çaise, est constituée majoritairement de descendants de bagnards ou de colons libres : Alsaciens-Lorrains (1870), colons Feillet (1890), colonisation des Nordistes (1920)

Des patronymes d origine britannique : Martin, Johnston, Daly..., sont portés par les descendants d aventuriers ayant tenté leur chance comme négociants ou comme éleveurs sous l impulsion de James Paddon, commerçant installé sur l île Nou, avant même que la Calédonie soit française. Les autres origines, plus marginales, sont italiennes, allemandes et belges. Du milliardaire gérant des pans entiers de l économie au modeste broussard travail- lant dur pour faire prospérer son troupeau dans les plaines arides de l Ouest, tous ont un très fort sentiment d appartenance à ce pays, auquel leurs ancêtres, dans des

© A

rc hi

ve s

M us

ée d

e la

V ill

e de

N ou

m éa

© A

rc hi

ve s

M us

ée d

e la

V ill

e de

N ou

m éa